Jeprotègemonenfant.gouv

2 mai 2021

À l’association 3-6-9-12, nous sommes très préoccupés par l’importance des échanges entre les enfants et les parents. Des échanges pour s’informer mutuellement des écrans disponibles, des séries télé et des jeux vidéo. Des échanges aussi qui permettent à un enfant, quand il est bouleversé par des images qu’il a découvertes sans les chercher, ou auxquelles il a été confronté par un camarade, de pouvoir en parler.

Le site jeprotegemonenfant.gouv.fr, présenté le 9 février 2021 à l’occasion de la Journée internationale pour un Internet plus sûr (Safer Inter Day), répond à cette préoccupation. Il s’adresse aux parents d’enfants à partir de 6 ans susceptibles d’être exposés volontairement ou de manière accidentelle à des contenus pornographiques dans l’espace numérique.

L’existence de cette plateforme est la conséquence du débordement de la pornographie sur la toile et dans la vie de nos jeunes. En effet, à 12 ans, près d’un enfant sur trois a déjà été exposé à la pornographie, avec des conséquences graves sur son développement psychologique : choc, traumatisme, impact négatif sur sa sexualité en construction, banalisation de l’acte sexuel, valorisation de la domination masculine et des violences faites aux femmes… Si celle-ci a toujours existé d’une façon ou d’une autre, il est désormais avéré qu’elle procure de nombreux dégâts en accès libre.

Alors que faire ?

En attendant des mesures législatives plus coercitives envers les plateformes elles-mêmes, la famille et l’école restent les premiers lieux éducatifs pour aborder ces sujets. Ces outils ne sont que des alertes pour nous indiquer l’urgence de se saisir du sujet et d’en parler à nos enfants. L’esquive qui consiste à penser que nous, les adultes, avons construit nous-mêmes nos repères sans qu’on nous en parle, et que finalement, on s’en est bien sorti, ne tient plus la route dans un contexte où l’accès à l’image est de plus en plus jeune. Le vrai remède reste et restera la parole. C’est elle qui nous permet de former notre pensée et nos représentations, de se sentir en lien et donc protégé, et de nous construire en tant que sujet.

C’est pourquoi ce site a pour vocation d’informer les parents sur les risques encourus par leurs enfants, et de proposer des solutions pour y remédier et ainsi mieux les protéger. Lors de nos interventions, beaucoup de parents expriment leur difficulté à aborder ce sujet. Quels mots utiliser ? À quel âge ? Que faut-il dire ou ne pas dire ? Cette plateforme apporte des éléments de réponse. Loin d’être exhaustives, les pistes abordées sont intéressantes et ont le mérite de faire réfléchir. À chacun de faire sa sauce…

Comment ça marche ?

Prévenir

Très pratique et facile d’accès, on trouve sur ce site des éléments indispensables à une bonne prévention : conseils d’usage numérique en fonction de l’âge, mise en place de contrôle parental. Ceux-ci sont désormais très nombreux et il est parfois difficile de s’y retrouver. Vous pouvez, en remplissant votre profil (anonymement bien sûr !) avoir des pistes adaptées à l’âge de chacun de vos enfants pour chacun de vos outils.

Accompagner

Une rubrique « vos questions » recense de nombreuses interrogations de parents et tente d’y apporter des réponses claires et bienveillantes. On y trouve : « comment parler de porno à son enfant ? » ou bien « mon ado regarde du porno, comment lui en parler ? ». De nombreuses ressources peuvent servir de médiation entre l’adulte et l’enfant. Si les mots manquent ou sont difficiles à recevoir, les livres conseillés peuvent être un support. Les petites vidéos sont aussi de très bons points de départ. Elles mettent souvent en scène des jeunes, plus facile de s’identifier pour nos ados.

Conseiller

Enfin des éléments de dialogue sont recommandés dans une petite vidéo du CSA. Une jeune explique aux parents comment il faut s’adresser à leurs enfants. L’exercice est parlant même si on peut s’interroger sur la nécessité de mettre en scène la pédagogie inversée pour être efficace.

 Sophie Bruneteaux

Sophie Bruneteaux

Psychologue Clinicienne

Sophie BRUNETEAUX est psychologue clinicienne et EDA (Education Développement Apprentissage)

 

Newsletters

Cliquez-ici pour retrouver tous les articles par newsletter

Archives

  • 2021 (12)
  • 2020 (19)
  • 2019 (30)
  • 2018 (53)
  • 2017 (1)

Catégories