Les écrans dans les structures d’accueil de la petite enfance

10 juin 2019 | Non classé

A la veille de la date anniversaire de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant, le 19 novembre 2018, Jacques Toubon, Défenseur des droits et Geneviève Avenard, Défenseure des enfants adjointe du Défenseur des droits, ont publié « De la naissance à 6 ans : au commencement des droits »[1].  Ce rapport a pour objectif d’infléchir les décisions des pouvoirs publics afin de les rendre les plus en adéquation possible avec la nécessité de respecter les enfants dans leur développement, leurs capacités et leurs compétences. Ce texte, aboutissement d’un nombre conséquent d’auditions d’observateurs et d’experts, de contributions et de réunions de travail, émet des recommandations pour mobiliser l’État mais aussi les acteurs institutionnels et professionnels autour de la nécessité d’agir dans l’intérêt supérieur des plus petits, comme le prévoit la Convention Internationale des Droits de l’Enfant.

La quinzième recommandation retient particulièrement notre attention : « Le Défenseur des droits recommande au gouvernement de diligenter des recherches pour mieux appréhender les risques de l’usage des appareils numériques par le tout jeune public aujourd’hui. Dans l’attente, il recommande aux pouvoirs publics l’application d’un strict principe de précaution en interdisant l’exposition des enfants de moins de trois ans aux écrans dans les lieux les accueillant et en ne permettant cette exposition, pour les plus de trois ans, que de manière accompagnée et limitée, et dans le cadre d’un projet éducatif. »

De nombreuses structures de petite enfance, dont des écoles maternelles, semblent continuer d’exposer de façon passive les jeunes enfants, par habitude, pour des raisons pratiques (temps pluvieux et absence de préau) mais surtout par manque d’informations autour des risques potentiels et/ou manque de formations et de sensibilisation de leurs personnels (dont des enseignants).

Les préconisations de ce rapport rejoignent celles de la Stratégie nationale de soutien à la parentalité dont la perspective de travail 8 est de « Sensibiliser les parents et former les professionnels aux risques de surexposition des jeunes enfants aux écrans interactifs »[2]. Le rapport des Académies des Sciences, de Médecin et de Technologies « L’enfant, l’adolescent, la famille et les écrans » du 9 avril 2019 appelle lui aussi à une vigilance raisonnée sur les technologies numériques[3].

Il apparait primordial plus que jamais d’informer et de former tous les professionnels de la petite enfance sur les conséquences d’une exposition des tout-petits enfants aux écrans.

Chaque temps d’écran est du temps en moins pour des interactions riches et variées, impliquant tous les sens, seules nécessaires au développement harmonieux du petit enfant. L’ «Association 3 6 9 12 – Apprivoiser les écrans et grandir » propose l’expertise d’intervenants pour assurer des formations à l’adresse de ces personnels.

[1] « De la naissance à 6 ans : au commencement des droits » https://juridique.defenseurdesdroits.fr/doc_num.php?explnum_id=18097

[2] Stratégie nationale de soutien à la parentalité 2018-2022 https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/180702_-_dp_-_strategie_nationale_2018-2022vf.pdf

[3] https://www.academie-sciences.fr/fr/Colloques-conferences-et-debats/enfant-adolescent-famille-ecrans.html

Thérèse Auzou-Caillemet

Thérèse Auzou-Caillemet

Enseignante spécialisée

Thérèse Auzou-Caillemet est doctorante en sciences de l’éducation.

Newsletters

Cliquez-ici pour retrouver tous les articles par newsletter

Archives

  • 2019 (27)
  • 2018 (53)
  • 2017 (1)

Catégories