Playdagogie : « Bien utiliser les écrans »

17 février 2021

Créée en 1999 sous le nom « Sport Sans Frontière », l’ONG devenue depuis « Play International », envisage le sport comme un langage universel permettant, dans le secteur humanitaire, des actions sociales et sanitaires au plus près du terrain. Le jeu sportif sert de médiateur pour engager le débat avec les enfants ou les jeunes et pour les faire réfléchir à des sujets sérieux, participer à des actions de prévention et plus globalement faire bouger leurs représentations. Actuellement, l’ONG propose plusieurs programmes d’inclusion sociale au Kosovo, au Burundi et au Sénégal.

Fort de cette expérience internationale d’utilisation du jeu pour transmettre aux enfants des notions clefs, Play International a développé un dispositif de « playdagogie » où le jeu sportif et le débat vont être utilisés pour sensibiliser, de manière active et participative, les élèves à des questions sociétales (vivre ensemble et santé). L’organisme crée du contenu pédagogique sous forme de kits (séquences pour les milieux scolaires et/ou extrascolaires) et de formations de la communauté éducative. Après avoir travaillé sur des sujets aussi riches et divers que la nutrition, le handicap, l’égalité filles-garçons, la lutte contre les discriminations, la violence, Play International a cherché à concevoir un kit de jeu sportif et de mise en débat, praticable en milieu scolaire, dont l’objectif est d’amener les enfants à adopter une utilisation raisonnée des écrans. L’association 3 6 9 12 a été cooptée pour son expertise et deux de ses membres, Coralie Raynaud et Thérèse Auzou-Caillemet, ont travaillé de concert avec Play International, sous la houlette de Serge Tisseron. Ils ont participé à la conception et à l’évaluation pré et post-test et ont contribué à la co-contruction des 6 séances du kit « Bien utiliser les écrans ».

Le 6 février 2020, Play International a présenté officiellement le résultat de ce projet, aux côtés de Serge Tisseron, d’Amandine Thibert, professeure des écoles utilisatrice de la playdagogie et Olivier Masson-Halimi chargé de mission pratiques numériques à la MILDECA[1]. Ce fut l’occasion pour Serge Tisseron de rappeler l’importance chez les enfants du corps et du groupe. A travers le dispositif « playdagogique », l’engagement du corps via le jeu physique permet aux élèves d’éprouver des émotions inattendues. Or engager le corps, c’est engager les émotions, on permet alors une meilleure prégnance du message éducatif. Le cerveau mémorise bien ce qui est émotionnellement investi. C’est ce que confirme Amandine Thibert par son expérience du terrain : utiliser le sport comme outil pour parler des écrans permet de faire en sorte que beaucoup d’élèves s’intéressent à cette thématique sans crainte de la stigmatisation. Sans diaboliser leur utilisation, il a permis une prise de conscience de l’impact des écrans sur soi, sa santé, son développement moteur. Plus souvent en position de passivité que d’interactivité face à un écran, les élèves, au fur et à mesure des séquences, ont réalisé qu’ils pouvaient être acteurs de leur utilisation des écrans (temps passé, vérification des infos…). Le côté ludique a permis d’entrer dans l’activité et le « tous ensemble » est très intéressant pour faire réfléchir. Le kit permet de planter des bonnes bases et de prolonger la réflexion en classe si on le souhaite.

Serge Tisseron a rappelé l’importance de montrer aux enfants que les écrans ne sont pas seulement ce qu’on regarde mais ce dont on parle. Les émotions sont mobilisées par les écrans (jusque dans leur corps), les enfants et adolescents ont peu d’endroits où évoquer ce qu’ils ont vus, ce qu’ils ont éprouvés. Ils peuvent se sentir très seuls et les adultes (parents, éducateurs, enseignants…) doivent rétablir ce dialogue avec eux pour leur permettre de prendre du recul par rapport aux images, en mettant des mots sur leurs émotions. Ce kit « Bien utiliser les écrans » mise aussi sur la capacité des enfants à porter les messages dans les familles pour informer sur les risques liés à la surexposition aux écrans et construire des repères pour une utilisation raisonnée.

L’association 3-6-9-12 est heureuse d’avoir partagé son expertise et s’être associée à la création de ce kit en partenariat avec Play International dont vous pouvez retrouver les étapes du projet en suivant ce lien : https://www.play-international.org/sites/default/files/2020-10/Evaluation%20BULE%20VF.pdf

Si vous êtes professionnels de l’éducation, vous pouvez également télécharger le kit en suivant ce lien : https://www.play-international.org/kit/scolaire/sco-kit-bule

 

 

[1] Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives

Thérèse Auzou-Caillemet

Thérèse Auzou-Caillemet

Enseignante spécialisée

Thérèse Auzou-Caillemet est doctorante en sciences de l’éducation.

Newsletters

Cliquez-ici pour retrouver tous les articles par newsletter

Archives

  • 2021 (5)
  • 2020 (19)
  • 2019 (30)
  • 2018 (53)
  • 2017 (1)

Catégories