6 février 2022

Prévenir les risques visuels chez l’enfant face aux écrans

« Voir » nous paraît tellement normal, que nous finissons par oublier que l’œil est un organe primordial tout au long de notre vie. La vue est le sens que nous sollicitons le plus dans notre quotidien : 84% de nos informations sensorielles sont attribuées et traitées par le système oculaire et le cerveau occipital ; l’ouïe, le toucher, l’odorat et le goût représentent une part quasi-négligeable avec seulement 16% du total. A l’école, plus de 80% des apprentissages impliquent le système oculaire des enfants. Prendre soin de la vue de nos enfants, c’est leur éviter tout décrochage pouvant les mettre en situation d’échec scolaire.

 

Pourtant, la vision des enfants est de plus en plus impactée par l’augmentation des temps d’écrans et la précocité des usages digitaux chez les plus petits. Les scientifiques alertent sur l’accroissement exponentiel des myopies chez les jeunes impactées par les nouveaux usages numériques et dont le facteur génétique n’est plus l’unique responsable. D’ici 2050, la moitié de la planète sera myope, soit un doublement du nombre de myopes en 3 décennies seulement. La myopie au sens ophtalmologique du terme est une pathologie : ce n’est pas uniquement une anomalie réfractive qui touche la vision de loin, mais c’est aussi une anomalie de la rétine qui est plus fine et donc plus fragile ; c’est aussi un nerf optique de physiologie anormale.

 

Pourquoi les écrans sont-ils un facteur aggravant de myopie chez les enfants ?

Il y a des raisons multi-factorielles :  

  1. Les écrans sollicitent énormément la vision de près de l’enfant, comme les tâches de lecture ou d’écriture. L’enfant va donc stimuler fortement la partie accommodative de son œil (= sa capacité à faire la mise au point ou le focus). A cela, est associé un temps digital excessif qui accélère les facteurs de risque de développer une myopie.
  2. Les études médicales constatent que les enfants passent plus de temps en environnement intérieur éclairé par de la lumière artificielle ; or la lumière naturelle a un impact positif sur le développement de l’œil de l’enfant: le photon de la lumière va ralentir une croissance excessive de l’œil et donc diminuer fortement le risque de devenir myope.
  3. Les écrans digitaux émettent une lumière bleue qui inhibe la sécrétion de la mélatonine en fin de journée ; elle va ainsi perturber la qualité du sommeil des enfants.
  4. Enfin, l’œil de l’enfant est plus vulnérable car il n’est pas totalement mature.

 

Aujourd’hui, les ophtalmologistes tirent la sonnette d’alarme, ils évoquent tous une pandémie mondiale de myopie en lien direct avec les écrans. Face à l’usage des outils digitaux qui ne cesse de s’accroître un peu plus chaque année, il est incontournable de prôner et de pratiquer un usage « responsable » des écrans ; Il s’agit donc de préserver la santé visuelle des enfants et de diminuer les risques qu’ils développent une myopie « galopante » susceptible de les mettre en situation de handicap.

De nouvelles habitudes peuvent être adoptées pour permettre un usage serein, qui protège la santé visuelle des enfants :

  • Favoriser l’exposition des enfants à la lumière naturelle en les incitant, par exemple à aller jouer dehors. Outre le fait que la lumière va limiter la croissance excessive de l’œil, l’enfant va non seulement stimuler sa vision lointaine, mais aussi être moins sédentaire et être plus actif, ce qui a des conséquences positives sur son métabolisme. Cette approche a déjà été mise en place dans certains pays asiatiques où la prévalence de la myopie concerne 9 enfants sur 10. Des classes avec des toits de verre, par exemple, ont été aménagées dans certains établissements scolaires, pour stimuler en continu les yeux des élèves à la lumière naturelle. Dans d’autres pays d’Asie, les temps quotidiens en extérieur ont été imposés sur les temps de classe pour accroître l’exposition à la lumière naturelle.
  • Contrôler les temps d’écrans en suivant la règle 3.6.9.12 définie pour chaque tranche d’âge.
  • Limiter tous les écrans digitaux le soir, pour favoriser la sécrétion de la mélatonine. Et en particulier pour les écrans de proximité : plus ils sont petits, plus ils sont proches des yeux et par conséquent, plus l’exposition à la lumière bleue est intense et plus les incidences sur la qualité de sommeil de l’enfant sont importantes.
  • Proposer des petites déconnexions visuelles de 20 secondes, toutes les 20 minutes, en regardant au loin pour rompre la statique oculaire.

 

La vue de votre enfant est essentielle pour son développement psychomoteur comme pour l’acquisition de ses apprentissages. La préserver dès le plus jeune âge en ayant recours à un usage responsable des écrans, c’est donner à votre enfant toutes les chances de bien grandir.

 

Nathalie Willart

Orthoptiste
Https://www.coachforeyes.com

 

Source : Asnav 2019

Source : Vision Impact Institute

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/31954142/

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32821053/

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/29901472/

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/33224523/

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/26497977/

 

photo de l'auteur

Association 3-6-9-12