« Combien de fois avez-vous parlé à votre enfant aujourd’hui ? », ou quand la « technoférence » parentale nuit au développement du tout-petit

17 novembre 2019

 

 

Savez-vous ce qu’est la « technoférence » parentale ? Derrière ce terme qui semble tout droit sorti d’un film de science-fiction se cache… un travers de notre quotidien ! Il désigne l’ensemble des interruptions dans l’interaction parents-enfants dues à l’utilisation par les parents de leur smartphone, ou de tout autre forme d’écran, sur des temps où ils s’occupent de leurs enfants.

La technoférence parentale soulève des préoccupations concernant le bien-être émotionnel et le développement psychoaffectif des enfants, et également leur sécurité.

Des recherches de plus en plus nombreuses s’attachent à évaluer les effets de ces usages, d’autant que l’attention et l’engagement des parents dans cette situation semble plus importants à l’égard de l’appareil qu’à l’égard de l’enfant ! [1]

Dans ces moments, il est noté moins d’attention, moins de soutien émotionnel et éducatif appropriés à l’égard des enfants. Par exemple sur le temps du repas, lorsque des aliments nouveaux sont présentés à des enfants de 6 ans, ceux dont les mères utilisent leur téléphone mobile sont moins encouragés à goûter, et font finalement moins d’expériences nouvelles avec la nourriture. [1] Au parc, les enfants dont les parents utilisent leur smartphone sont moins soutenus dans leurs expériences motrices ou relationnelles. Il y a alors moins de contacts visuels avec l’enfant, et moins de manifestations d’affection. [2]

Les phénomènes de technoférence sont également associés à une augmentation des troubles comportementaux externalisés chez les enfants, de type colères ou manifestations de frustration. [5]

Enfin, un corpus de recherches montre que l’utilisation du mobile par les parents est corrélée à une augmentation des comportements à risque des enfants : il s’agit à la fois de comportements destinés à attirer l’attention des parents, et de comportements à risque non remarqués, ou tardivement remarqués par les parents. [1 à 4]

Les recherches publiées sur le sujet semblent ainsi accréditer l’idée que le problème des écrans nomades chez les jeunes enfants est… surtout l’usage qu’en font leurs parents !

Il est urgent que des campagnes de prévention voient le jour, à l’instar de l’excellente campagne allemande montrant des parents accaparés par leur smartphone, indifférents à leur bébé à côté d’eux, avec le slogan suivant : « Combien de fois avez-vous parlé à votre enfant aujourd’hui ? » 

 

 

 

  1. RADESKY JS, MILLER J, ROSENBLUM L, APPUGLIESE KL, KACIROTI D, LUMENG JC, Maternal mobile device use during a structured parent-child interaction task, Academic Pediatrics 2014; 15(2):238-244.
  2. LEMISH D, ELIAS N, FLOEGEL D, “Look at me !” Parental use of mobile at the playground, MMC 2019; 1-18; doi:10.1177/2050157919846916.
  3. KILDARE CA, MIDDLEMISS W, Impact of parents mobile device on parent-child interaction: A literature review, Computers in Human Behavior 2017; 75:579-593.
  4. BEAMISH N, FISCHER J, ROWE H, Parents’use of mobile computing devices, caregiving and the social and emotional development of children: a systematic review of evidence, Australasian Psychiatry 2018; 1-12; doi:10.1177/1039856218789764.
  5. McDANIEL BT, RADESKY JS, Technoference: Parent DistractionWith Technology and Associations With Child Behavior Problems, Child Development 2018 Janv/Feb; 89(1):100-109.

 

 

 

Marie-Noëlle Clément

Marie-Noëlle Clément

Psychiatre

Médecin directeur de l'Hôpital de Jour pour Enfants André Boulloche à Paris, elle travaille plus particulièrement sur les relations que les publics jeunes entretiennent avec les écrans, la communication avec les jeunes enfants, et l’autisme.

Newsletters

Cliquez-ici pour retrouver tous les articles par newsletter

Archives

  • 2019 (30)
  • 2018 (53)
  • 2017 (1)

Catégories